12 févr. 2012

Xème rencontres de l'Ecologie au Quotidien

Ces Rencontres de l'Ecologie sont pour moi l'occasion de rassembler en un seul et même lieu de nombreuses  thématiques et personnes investies dans le courant bio/écolo/alternatif. Configuration idéale dans mon voyage pour glaner de nouveaux contacts et ouvrir de nouveaux horizons.
N'étant pas un militant dans l'âme, je craignais un peu de me retrouver dans une atmosphère trop militante... je suis en partie rassuré dès mon arrivée: je baigne dans une ambiance agréable et détendue malgré l'ouverture imminente du festival et tout ce qu'il reste à installer.

Ce festival a vraiment été un moment très fort et très dense, à la fois côté coulisses, côté scène, et pour toutes les  belles rencontres que j'ai faites. Il est à l'initiative de l'association "Ecologie au Quotidien" qui "a pour objectif de sensibiliser à l'impact de nos gestes quotidiens sur l'environnement, la santé et la société et de proposer des alternatives. C'est un réseau d'associations et de citoyens qui oeuvrent dans les domaines de l'éducation par l'environnement, la santé, la préservation de la vie et de la biodiversité, l'Agriculture Biologique, les énergies renouvelables, l'éco-construction, les transformations personnelles et sociales, l'éducation à la non-violence et à la paix. Elle est animée par des valeurs de solidarité, d'humanisme et d'éco-citoyenneté."


Côté coulisses

Accueil, cuisine, plonge, service, bar, déco, sono, logistique représentent une masse colossale de travail... que se partage la soixantaine de bénévoles. Chacun fait sa part, à hauteur de ses dispos, ses envies, son énergie, ses possibilités. Même si l’organisation est définie dans les grandes lignes et portée par un noyau dur de qq personnes référentes, le fonctionnement est proche de l’autogestion. Cela crée une forme de souplesse et de légèreté dans le travail, de responsabilisation sans hiérarchie, et ce qui doit se faire se fait, en douceur, sans jugement et dans la bonne humeur.

Sophie, Florence et Danie, côté cuisine.
Côté scène

Ces Xème rencontres de l'écologie s'axent sur "Vivre la transition, énergétique - économique - sociale". Dans nos esprits, écologie rime avec agriculture/alimentation biologique et protection de la nature, mais c'est une vision assez réductrice. En effet, l'écologie, au sens large, est le mariage entre écologie environnementale, écologie sociale et écologie personnelle, qui sont indissociables.

Conférence.
Le contenu de ces rencontres explore une très large palette de thématiques: agriculture / permaculture / alimentation / énergie / toilettes sèches / maison autonome / nucléaire / gaz de schiste / médecine / psycho-somatologie / développement personnel / monnaies locales / physique quantique / fusion froide / éco-construction / ogm / jeux coopératifs, etc... articulés entre conférences, films, débats, jeux, forums et ateliers.
Je n'ai pas pu participé à tout, étant très pris par mon engagement bénévole, mais il était de toute façon impossible d'être pleinement disponible et réceptif pour tout le contenu tellement il est riche et dense.

Forum ouvert & groupes de réflexion.

Ce que j'ai le plus apprécié, c'est l'absence de discours moralisateur et catastrophique, qui laisse place à une invitation aux changements, et réouvre grandement le champs des possibles. Oui nous sommes dans une société oppressante en fin de course, et oui il existe des portes de sorties accueillantes, qu'ils nous faut développer, et dont il faut en inventer encore d'autres! Et puis évidemment, baigner dans une population sensibilisée à l'écologie à soi, à l'autre, et à ce qui nous entoure, ça donne envie de "faire ensemble"!

Côté bénévoles / public

Les personnes qui fréquentent ce festival sont d'une diversité impressionnante: artistes, entrepreneurs, agriculteurs, militants, constructeurs, babacool, écolos, thérapeutes, voyageurs... de tous âges et tous horizons, aux parcours et modes de vie très variés. Au début, à travers la vision, je n'ai vu que des gens très différents, me demandant même ce qui pouvait rassembler tous ces profils, et puis au fil des jours et des rencontres, la vision réductrice fait place au ressenti: finalement, malgré nos formes différentes, nous avons tous des fonds et des attentes similaires: faire ensemble pour que tous nous trouvions une juste place accueillante et valorisante, les uns avec les autres. L'ambiance est emprunte de tolérance, d'écoute et de bienveillance.
Plus personnellement, j'ai revu beaucoup d' a priori, d'idées préconçues et de préjugés sur l' "autre", à l'exemple de Dany et Danie. C'est la première rencontre que j'ai faite en entrant dans la salle le jour où je suis arrivé: un couple septuagénaire du Verdon, habitué du festival, qui arborent des couleurs arc-en-ciel sous leur longue chevelure blanche, agrémentée de petites pinces à cheveux roses et bleues pour Danie... C'est un peu comme si je rencontrais des bisounours babacool... J'avoue qu'à ce moment, je me suis demandé "hou là là ?! mais où je suis tombé??". La célèbre expression "l'habit ne fait pas le moine" s'est encore une fois illustrée... Dany et Danie sont un bel exemple de simplicité volontaire, de sobriété heureuse, de tendresse, de bienveillance, de poésie... et bien évidemment, le tout "haut en couleurs"! 

Côté accueil

Chaque année se met en place une entraide pour un "hébergement citoyen".
Kezako?
Dans mon cas, et bien c'est d'avoir eu un toit, un lit et une douche chaque soir du festival, pas toujours au même endroit, mais toujours dans un lieu accueillant!
Le temps du festival, des particuliers et des familles du Diois ouvrent leurs portes et offrent un hébergement pour les visiteurs et bénévoles qui viennent de loin et qui n'auraient pas les moyens de payer un hôtel ou une chambre d'hôtes. C'est un élan citoyen vraiment épatant: merci!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire